BLOG

"Sport sur ordonnance", le sport qui pourrait profiter à tous !

2/9/2018

 

En vigueurs depuis mars 2017, les prescriptions pour une Activité Physique Adaptée (APA) ou "sport sur ordonnance" semblent déjà à bout de souffle et restent "floues" pour de nombreux professionnels de la santé et du sport. 

 

 

Reconnu par la loi de modernisation du système de santé publique de janvier 2016 (Article L- 1172-1), le médecin traitant peut désormais prescrire une "activité physique adaptée aux patients souffrant d'une affection longue durée" (ALD) (diabète, insuffisance cardiaque...). 

L'objectif ? Réduire les facteurs de risque et les limitations fonctionnelles à travers une thérapie non médicamenteuse et qui ne s'apparente pas à des actes de rééducation.

 

 

Sous quelles conditions ? 

 

Porté par Valérie Fourneyron, c'est le décret de mars 2017 qui précise les conditions de fonctionnement de cette prescription du sport. 

 

Pour qui ? 29 affections de longue durée sont "éligibles" au système soit potentiellement 10 millions de français

 

Par qui ? La prescription est effectuée par un médecin traitant (généraliste ou spécialiste, libéral ou hospitalier) dans le cadre d'un formulaire spécifique précisant les capacités physiques du patient ainsi que le risque médical de la prescription. 

Malheureusement, peu de médecins sont sensibilités à la mesure ou bénéficient d'un réseau de professionnels du sport aptes à proposer l'activité physique. 

 

Comment ? Chaque prescription est personnalisée en fonction des capacités et besoins du patient. Le but est de l'amener, après quelques mois, à une autonomie dans une pratique régulière. 

Si les ergothérapeutes, kinésithérapeutes mais surtout éducateurs sportifs et enseignant en activité physique adaptée (APA) sont les plus à mêmes d'accompagner les patients, il n'existe toujours pas de "modèle" au niveau national, ni de financement. A l'image de la ville de Strasbourg, du club d'aviron de Dijon ou de l'association côte basque sport santé, c'est donc aux acteurs locaux de proposer de solutions

 

Quel financement ? Le sport sur ordonnance n'est toujours pas pris en charge par la sécurité sociale contrairement aux consultations liées aux pathologies d'une ALD. Seules certaines agences régionales de santé, quelques caisses primaires d'assurances-maladie et certaines complémentaires comme la MAIF y apportent leur contribution. 

 

 

Bénéficier des bienfaits du sport 

 

La sport sur ordonnance a un objectif préventif et non curatif. Selon l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le manque d'activité est la cause principale de 25% des cancers du sein ou du colon, 27% des cas de diabète ou encore 30% des cas de cardiopathie ischémique. 

Aujourd'hui les effets d'une activité physique régulière sont multiples et validés par de nombreuses études scientifiques. 

 

Si la France, un des pays qui consomme le plus de médicaments en Europe, semble avoir compris les enjeux  du "Sport-Santé", son retard par rapport à certains pays ne risque pas de diminuer si l'Etat ne donne pas plus de dynamisme et ressources à ses réformes. A titre de comparaison, la Suède prescrivait déjà 30 000 activités physiques en 2008 et 100 000 en 2012.

 

 

Le développement du sport-santé pourrait profiter à tous : entreprises, le bien être de vos salariés améliorerait leur productivité (6 à 9%) et réduirait leur absentéisme; clubs, le sport-santé est une occasion de développer vos offres en touchant de nouvelles cibles et ainsi rentabiliser vos infrastructures et augmenter vos revenus. 

SPORT COM' vous accompagne dans vos changements ! 

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

CONTACT:

Andréa COSTA

​​06 79 80 99 27

sportcom.agence​@gmail.com

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • LinkedIn Social Icon